Informaticien et expatrié au Canada

Aujourd’hui, nous vous proposons l’interview de Pierre, 29ans expat depuis 2 ans au Québec. Petit extrait :

« Je suis tombé sur une offre d’emploi en ligne, qui proposait un poste de développeur web junior à Montréal. Je suis parti pour 2 ans dans la province de Québec, à Toronto (Ontario) puis à Montréal. J’ai eu la chance d’être recruté par l’entreprise canadienne qui m’a proposé ce poste de développeur web et j’ai donc décidé de partir vivre au Canada.
Le fait de partir à l’étranger m’a permis de me perfectionner en anglais et de découvrir un pays que je ne connaissais pas du tout. Je me suis rapidement senti à ma place et c’est ce qui m’a convaincu de rester après deux ans. J’aime le Québec, la vie ici est vraiment agréable et le marché de l’emploi pour les développeurs est très attractif avec un véritable écosystème de startup en croissance et donc plein de projets différents. »

Pourquoi t’es tu expatrié au Québec?

J’ai décidé de vivre au Québec pour plusieurs raisons :
Je voulais apprendre l’anglais, et je suis tombé sur une offre d’emploi au Québec, qui proposait un poste de développeur web junior. Le marché en France ne me proposait pas ce que je voulais en terme de responsabilité, d’opportunité et de salaire. J’ai donc fait mes valises en me donnant 2 ans pour prendre de l’expérience et revenir en France, finalement après 2 ans, je reste.

À ton arrivé à Montréal, est ce que tu as rencontré des difficultés ?

Non pas vraiment, j’ai eu la chance de trouver rapidement un logement et l’entreprise qui m’offrait des responsabilités. J’étais donc responsable du projet web et je gérais les développeurs. J’ai eu la chance de rencontrer des développeurs, des graphistes et des designers qui m’ont aidé dans mon projet professionnel et m’ont donné des conseils pour réussir.

Quels conseils donnerais-tu à ceux qui veulent se lancer dans l’ expatriation ?

Je leur conseillerai de se renseigner sur la vie et le marché du travail, et surtout de se préparer à l’expatriation. Le Québec est très différent des autres pays et les démarches peuvent être longues et compliquées. Je pense également que c’est un pays à l’image de la société, il faut donc être tolérant et ne pas juger les personnes.

voyage expatriees

Quels conseils donnerais-tu aux futurs expatriés pour trouver un logement ?

Le mieux pour moi serait de faire appel à une agence immobilière, c’est le plus simple et le plus rapide. Il faut aussi être vigilant sur les annonces, il peut y avoir de mauvaises surprises.

Comment as-tu préparé ton départ ?

Je me suis renseigné sur les visas, j’ai contacté des agences immobilières et des assurances pour leur expliquer mon projet. J’ai aussi effectué des recherches sur la ville de Montréal, pour localiser la boite dans laquelle j’allais et trouver un appartement pas loin. Je me suis surtout aidé du site du gouvernement canadien pour trouver toutes les démarches à effectuer, et du site de l’ambassade.

Et pour ton assurance santé ?

Pour l’assurance maladie, je me suis renseigné sur les assurances privées qui sont plus ou moins chères selon le pays où l’on habite.
J’ai aussi contacté une compagnie d’assurance qui m’a donné des conseils pour les démarches et les papiers à remplir. C’est vraiment important de bien se renseigner sur les assurances santés pour expatrié parce que le système de santé n’est vraiment pas le même qu’en France et on peut rapidement se retrouver avec plusieurs milliers de dollars de frais médicaux pour un simple accident. Plus d’informations pour les assurances santés sur ce site.

Tu comptes revenir en France un jour ?

Non, pas pour l’instant, je pense que la vie à Montréal est vraiment géniale ! C’est une ville cosmopolite avec plein de cultures différentes, des gens super gentils et accueillants, et c’est vraiment une belle vie ! Et l’écosystème de start-up est vraiment très dynamique avec beaucoup d’investisseur canadien et américain qui sont présents et certaines plus grandes entreprises du monde comme Microsoft, Facebook ou encore Google qui recrutent dans cet écosystème très dynamique et pas si loin des états unis.

Je pense que si un jour, j’avais la possibilité de revenir en France pour y vivre, ce serait avec plaisir, mais je suis déjà très bien installé ici et je ne pense pas renter avec plusieurs années

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.